Préservation des Ecritures Numériques

Titre  de la conférence: “Cette pièce est en cours de maintenance. Merci de votre compréhension.” – Préservation des écritures numériques.”
Date : 27 octobre 2016.
Organisation : Emmanuel Guez, Alexandra Saemmer.
Co-organisation : Lionel Broye, Vincent Rioux (responsable du pôle numérique des Beaux-Arts de Paris), Nolwenn Trehondart (U. Paris 8). Partenaires : LABEX ARTS-H2H (Université de Paris 8), PAMAL-ESAA, avec le concours des Beaux-Arts de Paris (ENSBA).

Anne Roquigny et Martine Neddam dans l’amphithéatre des Beaux-Arts de Paris. A la table de conférence Alexandra Saemmer, Anne Laforêt au centre et Emmanuel Guez

Argument
La théoricienne de la conservation de l’art numérique Annet Dekker écrit : « plutôt que de nous demander ce que nous pouvons sauver de ces œuvres, la première question serait plutôt : que devons-nous abandonner, oublier, effacer ? », avant d’ajouter : « les données mortes sont fertiles et ouvrent de nouvelles perspectives ». En raison de l’obsolescence matérielle et logicielle, les œuvres de littérature numérique deviennent peu à peu inaccessibles, c’est-à-dire illisibles. En ce sens, on peut dire qu’elles s’épuisent avec le médium. Leur préservation, conservation et restauration soulèvent dès lors un certain nombre de questions : La littérature numérique doit-elle être conservée et préservée, et si oui, où et comment ? La métaphore de la vie et de la mort des œuvres de littérature numérique, à l’image des dead media (Bruce Sterling), est-elle pertinente ? Faut-il privilégier l’accès à tout prix (i.e. faut-il admettre l’éphémérité des œuvres) ? Faut-il conserver leurs matérialités et si oui, quelles sont les matérialités à l’œuvre dans les œuvres littéraires numériques (hardware, interaction humain/machine…) ? La préservation de la littérature numérique possède-t-elle une spécificité par rapport à celle de l’art numérique ? Quelles sont les spécificités de la littérature en réseau et sur le réseau ?
Déroulé

9h. Introduction par Alexandra Saemmer, Emmanuel Guez, Vincent Rioux
9h15-9h45. Jean-Pierre Balpe (auteur, artiste) – De l’éternité et quelques autres principes
9h45-10h15. Yves Bernard (iMal, Bruxelles) – Collectez et Documentez avant qu’il soit trop tard
10h15-10h45. Anne Laforet (HEAR) – Git, versions & conservation
Pause
11h15-11h45. Gilles Rouffineau (ESAD-GV) – Le plaisir du paratexte
11h45-12h15. Eli Commins (auteur, artiste) – Réactivation et documentation d’une écriture du flux
Pause déjeuner
14h-14h30. Bertrand Gervais, Gina Cortopassi et Robin Varenas (ANL|NT2, UQAM) – La poétique de l’URL brisé: Error 404
14h30-15h. Martine Neddam (a.k.a Mouchette) (artiste) – Préservation Générative
15h-15h30. Aurélie Herbet (artiste, chercheure UMR ACTE/CNRS et ENSAD) – Le plasticien en conservateur : expérimenter, conserver, exposer. Le projet Immaterial Art Stock
Pause
16h00-16h30. François Bon (auteur, artiste) (intervention vidéo)
16h30-17h00. Jean-Marie Dallet (U. Paris 8) – L’archive ouverte. Un cas d’espèce : Steina et Woody Vasulka & SLIDERS_lab
17h00-17h30. Louise Fauduet (BNF), Marie Saladin(BNF), Céline Thomas (U. Paris 8), Chu-Yin Chen (U.Paris 8) – Art numérique et postérité : modéliser les oeuvres d’art numérique et leur dispositif de lecture
17h30-18h00. Anne Sedes (U. Paris 8), Joao Svidzinski – À propos des musiques mixtes, retour d’expérimentations, circulation des œuvres et notions d’épuisement
18h00. Conclusion par Emmanuel Guez, Alexandra Saemmer

 

Preservation digital art.jpg
Le programme en téléchargement sur le site de PAMAL

Programme en téléchargement sur mon site: Preservation_ecritures_numeriques-2016-programme

Lieu:
ENSBA, 14, rue Bonaparte (Paris, 6e).

 



Comments are closed.

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.