Préservation Générative

absmouchette-299x319
(Absolut net art 1999 archived at Rhizome)
Journée d’études PAMAL à l’ENSBA

La Préservation Générative, qu’est-que c’est?
Dans un contexte où l’objet (le message) transmis n’est pas détachable de la transmission proprement dite il faut inventer de nouveaux concepts qui puissent rendre compte de la manière dont les oeuvres se transmettent et se préservent tout en se modifiant.
– Exemple 1 “Chinese Whispers” ou “le Téléphone Arabe” (Préservation dégénérative)
-Exemple 2  “Le Blockchain” à l’origine du Bitcoin (transmission générative sécurisée)
La générativité: La question est un énoncé génératif. Je suis une artiste visuel travaillant avec du language, j’ai entre  autres crée des générateurs de textes. Wattlechick   Soutrepuise .Puis ayant crée avec Mouchette des sortes d’interactions narratives  (qui finissaient par une question) je me suis aperçu que la question était un énoncé génératif, un texte qui générait du texte. Suicide Kit   The Fly
A présent je me retrouve en train de gérer une énorme base de données de tout ce qui a été généré, à partir de laquelle je peux créer de nouvelle oeuvres: Ville Fantome a été crée à partir d’une séléction des réponses de “Berceuse pour une Mouche Morte” (Lullaby for a Dead Fly) présentée pour la première fois par la Revue Bleue Orange N°3 . Lire texte de présentation ici
Le site de Mouchette est  donc par essence un site de préservation générative.

La Préservation Générative, Pourquoi  forger ce concept maintenant?
– J’entame, avec Nikos Voyiatzis, une entreprise privée  de préservation de Mouchette qui doit durer plusieurs années, et doit nous permettre d’inventer nos méthodes de conservation.
-Priorité: conserver la base de données tout en la gardant active dans toutes les oeuvres participatives et partager la conservation de toute la partie non-accessible au public que je suis pour l’instant la seule à connaitre.
-Elaborer un language  de conservation du site, par exemple les photos d’écran annotées.
Le protocole de conservation avec Nikos est celui-ci:
“Si je disparais, tu dois préserver le site (le back-end et l’intégrité des oeuvres en ligne), ensemble nous élaborerons notre méthode: un protocole dialogué destiné à une tierce personne qui permettra de conserver le site. Si lui et moi disparaissons, notre travail devrait permettre  à une tierce personne, un inconnu, de conserver non seulement le site tel que nous le concevons à ce moment-là (back-end, front-end) mais aussi  les questionnements concernant sa conservation, des commentaires, des anecdotes, des informations, des liens vers d’autres sites… etc, le tout n’étant pas des vérités émanant de l’un ou de l’autre, mais des conversations.”
De la conservation comme une conversation (et vice-versa).
Pour l’instant, tout au début de notre language de conservation,  il s’agit de photos d’écran avec une “layer” de SVG (Scalable Vector Graphics), pour pouvoir zoomer à l’intérieur  du texte et pour stocker une grande quantité d’information en les accumulant sans les hiérarchiser autrement que par la taille de la police de caractère (Pas de listes!).
-Théorie de la conservation.
Nikos, Conservateur des Bibliothèques en Grèce et Master in Information Design (Piet Zwart,  Rotterdam), prêt à entamer son doctorat, à la recherche de la configuration universitaire propice à son sujet, et moi, travaillons de manière pragmatique à la conservation de Mouchette, mais la réflexion théorique est toujours présente puisque nous élaborons nos méthodes à l’intérieur d’un contexte de conservation d’internet qui est en soi insuffisant, inopérant, et principalement inexistant. Donc nous faisons ensemble constamment de la pratique et de la théorie en même temps et dans le même geste.
Volonté d’élaborer pour Mouchette.org une conservation spécifique de la base de données active et de ses propriétés génératives, particularités qui sont absentes des nouveaux outils de conservation de l’art en ligne, tels que ceux crées par Rhizome.org, les émulateurs de browser/platforms/OS, ou bien le webrecorder (outils tout à fait admirables par ailleurs).
Nikos et moi sommes aussi prêts à re-créer activement des parties du site aujourd’hui disparues telles que ILOVEMOUCHETTE.ORG ou bien jamais vraiment terminées pour la présentation en ligne, telles que le chaineur de Wattlechick, Donc ici aussi on peut parler de préservation générative de différents manières.

-Contre la Re-interpréation Créative (mais aussi avec), un concept de préservation numérique actuellement en vogue, qui prend exemple sur la performance, le “live”, pour élaborer sa reflexion. C’est pour rejeter ce concept-là comme stratégie de préservation que j’élabore le concept de préservation générative.
Mon propos est que la ré-interprétation créative n’est pas un mode de préservation sur le net, mais un mode de transmission.
Ce n’est pas, à mon sens une stratégie opérante de préservation. J’ai fait récemment une conférence à Li-Ma (Amsterdam) sur ce sujet. Voir ici mes notes de présentation, (les actes de ce colloque sont en cours de publication).
J’y énonce en substance que dans le net, tout est ré-interprétation créative, à commencer par la page web elle-même, transmise par le serveur et réinterprétée par la configuration du navigateur de l’usager (n’oublions pas que chaque usager choisit lui-même sa configuration, même si ce choix est un peu… contraint la plupart du temps), et même ici, on peut parler de créativité, pour preuve tous les browsers inventés par des artistes.
Tout mouchette.org est traversé par la ré-interprétation créative. Dès les débuts du net, se ré-interpréter les uns les autres, est une pratique commune, et même encouragée, par les pairs, par les outils numériques, etc… Rappelons que Netscape.2 en 1996 contient par défaut un éditeur de web qui permet en un clic de sauvegarder une page trouvée en ligne pour l’éditer et la transformer grâce au navigateur (Evolution of the web). Le chat (kill that cat) de Mouchette contient un script qui secoue l’image piqué chez JODI et qui a été largement re-distribué grâce à mon oeuvre.
Absolut Net.art est un exemple typique de re-interprétation créative très en vogue dans les débuts du net art. Ce fut aussi la première fois que je réalisais que mon oeuvre se transmettait grâce aux “spoofs”, parodies et autres re-interprétations.
Cela m’a donné envie de créer un outil en ligne spécialisée dans la re-interprétation de Mouchette, le Mouchette.net ou Interface de Partage d’Indentité, ou l’identité créée par un usager est re-intégrée dans le site de Mouchette et est présentée de manière aléatoire en tant que homepage de Mouchette: un exemple ici.
Ce qui prouve à quel point, chez Mouchette, la ré-interprétation n’est pas un mode de préservation mais un mode d’existence, et qu’en perdant Mouchette, toutes ces ré-interprétations-là seraient seraient perdues aussi puisqu’elles font partie intégrante du site.
A ce jour les re-interprétations créatives continuent, sur toutes les plateformes en ligne possibles. PrettyFly sur Tumblr en est un exemple parmi d’autres,  et c’est l’auteur même qui m’en informe au travers d’un des formulaires du site (fan club) et j’en conserve ici la mémoire .
About.Mouchette.org est dédié à la préservation de tout ce qui concerne Mouchette, trouvé sur le net (entre autres) grâce aux “referrals “des statistiques. J’y recopie à la main les articles et les blogs que je rencontre depuis plus de 5 ans, cela devient une ressource non seulement pour Mouchette mais pour le net.art, où l’on peut naviguer par catégories ou par mots-clefs. Pour moi, cela constitue une mémoire active, un CV de Mouchette où je ne distingue pas ce que j’ai fait moi-même, de ce que les autres ont fait ou dit.

Le Mechanical Turk
mechanical-turk
Ajoutons ici que quels que soient les algorithmes merveilleux qui nous permettront de préserver le web, il nous faudra toujours un “turc mécanique”, ce personnage invisible caché dans la machine  (ou dans le personnage virtuel) et qui fait le travail “de la main, de l’oeil et du cerveau” qui nous permet de croire que les machines peuvent fonctionner sans nous, ou même se perpétuer sans nous.
La première partie de la transmission à Nikos c’est le travail du Turc Mécanique je fais depuis près de 20 ans. Pour le plus grand plaisir des usagers, pour qu’ils puissent se réjouir de l’illusion, du “suspension of disbelief” que suppose le personnage virtuel imaginé comme un robot.
Ici l’interface d’Amazon Mechanical Turk: Artificial Artificial Intelligence
Ici une oeuvre créée avec cette plateforme: Crowdworkers of the world, unite!

Préservation générative/dégénérative du personnage
Exemple: Mary Shelley, Frankenstein, le roman, les films, et autres hybrides: Frankenweenie de Tim Burton, FrankenFood, ect…
Ici, on  peut imaginer que c’est le personnage lui-même qui s’autonomise et s’invente une nouvelle incarnation de medium en medium, de livre en film en série télé culinaire, au prix de toutes sortes de modifications incongrues, tel le monstre anonyme inventé par Mary Shelley qui, par les voies de la transmission populaire, s’attribue le nom de son créateur, et finit dans les assiettes d’un série télé culinaire qui présente des mélanges carnés monstrueux à déguster: FrankenFood

Mouchette aussi peut être envisagée comme un personnage qui s’est ré-incarné de livre (Bernanos) en film (Bresson) en site web (moi-même) et via le medium d’internet se redistribue lui-même en une infinité d’incarnations.



Comments are closed.

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.